Jean Marie Le Pen ou le malade imaginaire

Publié le 20/04/2015
Par Yazan

Ce n'était à la base qu'une petite gifle électorale, mais chez les sensibilités d'extrême droite, ce fut la goutte d'eau de trop! Car lorsque la dédiabolisation se fracasse contre un maigre 25% aux départementales (on leur en promettait 33), pour un Jean-Marie en indigestion chronique de ce nappage bleu-marine dégoulinant désormais sur le front, exprimer son désaccord avec la stratégie de sa fille c'est appuyer là où ça fait mal: Rappeler à tous la vraie nature de sa formation politique au travers de déclarations racistes, xénophobes, homophobes ou révisionnistes... C'est comme ça qu'on l'aime notre bon vieux Jean Marie...

Mais chez Marine, la dédiabolisation, on y croit encore. Faute de programme crédible, c'est même sa seule cartouche pour que l'abstention ne soit plus le régulateur de ses résultats électoraux. Alors quand son paternel menace de casser son jouet, elle se doit d'agir avec fermeté, il ne s'agit certes que du énième déféquage verbal patriarcal mais cette fois il sera traité comme tous ces candidats aux dérapages douteux: Il sera exclu! Ou du moins... Il sera convoqué en commission disciplinaire (contrairement aux candidats exclus d'office) avec (peut être) à la solde, une exclusion (la nuance est de taille).

Qualifiée par certains journalistes de "crise la plus grave de l'histoire du front national", cette nouvelle situation de tensions a vu les militants frontistes s'opposer, sur les réseaux sociaux notamment! C'est que Jean-Marie dispose encore d'un large soutien au sein d'un parti aussi clivé de l'intérieur que clivant de l'extérieur. Pour ces gens là, Marine est devenue une "traîtresse gauchiste"... La couille molle de Jean Marie, elle qui se revendique héritière du Gaullisme (SIC) alors que les "amis" du patriarche perçoivent le général comme ce traître qui rendit l'Algérie aux algériens... Alors forcément... Lorsqu'on évoque le débarquement du Jean Marie, on sait d'avance que les camps "bleu marine" et "bleu Jean-Marie" ne pourront que s'opposer!

Les médias aussi se sont bien engouffrés dans la brèche, du moins, ceux qui se contentent de répliquer de simples dépèches AFP... Ils nous ont bien bassiné pendant 10 jours avec cette nouvelle crise frontiste: Un conseil disciplinaire par ci... Une fille en mode "j'ai ma ménopause" par là... Une Christine Boutin qui s'en mêle (tremblez braves gens) en conseillant à Marine plus de respect envers son père...  Et le clou du spectacle: Un désistement du grand père au profit de... Marion, la petite fille! Tout ça pour ça?

caricature jean marie le pen nu et marine le pen nue au lit apres avoir fait du sexe

Ça c'est bien joué Marine! Mettre le feu à la maison au moment où le front traverse certes la crise la plus grave de son histoire, mais une crise de fondations bien plus profonde et non pas un ce énième feu de paille! Car pendant ce temps, il y eut l'ouverture d'une enquête sur fond de fraude massive à l'attaché parlementaire ainsi que deux mises en examens pour blanchiment d'argent! Ce n'est au fond que le rang de "premier parti pourri de France" à rentrer ici en jeu... On comprends qu'il eut été plus judicieux de laisser ses militants s'étriper sur fond de scission interne.

Et il y eut l'affaire des SMS piratés du Kremlin, également. Certes, rien de bien méchant d'un point de vue juridique, mais une catastrophe en terme d'image car ces SMS nous révèlent qu'en politique, tout a un prix... En l’occurrence, 11M€ de prêt octroyés par des banques russes en échange d'une prise de position pro-Poutine dans l'invasion  de la Crimée. Bien plus que ne saurait digérer un militant qui n'a de cesse de répéter l'indépendance et l'irréprochabilité politique de sa formation. Surtout que ces SMS nous apprenaient également que sur ces 11M€, deux avaient fini dans les caisses du COTELEC, ce micro-parti de financement dont Jean Marie n'a jamais voulu rendre les clefs lors de sa transmission d'héritage, il sait assurer ses arrières, le bougre! Quand bien même Marine rêverait de s'en débarrasser ne serait-ce que pour pouvoir enfin rebaptiser un parti bien trop connoté, encore faudrait-il qu'elle parvienne à mettre d'abord la main sur le pognon. Non, le jour où Jean-Marie se retirera de la vie politique, ce sera par décision personnelle de mise en retraite. L'homme se fait vieux, il ne manquerait plus qu'un petit problème cardiaque pour le pousser dans cette voie. Et encore, par pure fierté, gageons qu'il ne daigne conserver son titre de président honorifique, c'est quand même son bébé à la base, ce front national.

Et dire que pendant ce temps, le militant frontiste n'a de cesse de bêler à qui veut bien l'écouter que les moutons... C'est les autres... (lol)



Pour aller plus loin:


 



1 commentaire pour Jean Marie Le Pen ou le malade imaginaire

avatar
Justice dit:
17/03/2016 03:21

vous êtes abominables !


POSTER UN COMMENTAIRE

Afin d'en faciliter le fil, un administrateur se réserve le droit de modérer les commentaires de spam, hors débat, ou incitant à la haine ou quelque discrimination que ce soit



A propos...

Ce monde qui n'a de cesse de vouloir dérailler n'est que l'écho du rêve que nous lui avons infligé.

Suivez nous...

Suivez le bruit des bottes sur Facebook    Suivez le bruit des bottes sur Twitter