Le niveau maximal de bonheur autorisé

Publié le 20/02/2015
Par Yazan

Souffrir nous rend heureux, ces deux antagonismes sont indissociables. Comment percevoir et définir notre bonheur sans l'expérience de malheurs comme point de comparaison? Ce sont nos drames qui nous forgent et augmentent ce qu'on pourrait appeler un "niveau maximal de bonheur autorisé".       

Or, nos sociétés modernes ont fait depuis longtemps le pari d'interdire le malheur: Nombre de nos lois sont aiguillées en prévention ou en réponse à des drames, logique parfaitement justifiée dès lors qu'il s'agit de définir les fondements de toute vie en collectivité, et pourtant délicieusement vicieuse... Je m'explique...

Le législateur contribue à brider notre "niveau maximal de bonheur autorisé". En démocratie, et sous influence de la société civile, ce niveau maximal résulte d'un compromis entre des libertés préservées et l’occurrence des drames pouvant nous accabler. Et justement, à force de légiférer, quelle latitude nous reste t-il pour exprimer ce bonheur?

Smile - François hollande version obey

Non, je ne vous tiens pas ici un discours anarchique et afin de l'illustrer j'opterai même pour le parfait contre exemple: Si quelques uns d'entre vous ont pu éprouver un plaisir immense à prendre la route totalement éméchés, la voiture emplie de compères dans un état guère plus reluisant au cours d'une virée épique et chantante que certains nommeraient "tournée des grands ducs motorisés", ce genre de comportement ne peut néanmoins pas être toléré de par le risque qu'il représente pour quiconque croiserait le chemin de cette viande imbibée. On légifère afin de prévenir un drame... Le bonheur d'une minorité se retrouve bridé dans l'intérêt du plus grand nombre... Une occurrence de drames possibles s'en retrouve diminuée... Notre "niveau maximal de bonheur autorisé" également.

Le côté pervers de cette logique réside dans son infinité: Il faut toujours légiférer, ne jamais s'arrêter. L'essentiel ayant été réalisé, on réduit la portée d'un plus grand nombre à satisfaire au point même d'en arriver à vouloir nous protéger contre nous mêmes, c'est terriblement infantilisant! Pas à pas, nous nous entraînons à ne plus accepter la fatalité. Nous luttons contre, là où un soupçon de lâcher prise eut été tellement plus approprié... Nous compensons par une surenchère de satisfactions artificielles... Une catastrophe...

En fait, nous avons juste oublié, au départ, lorsque celà était encore possible, de préciser jusqu'à quel "niveau maximal de bonheur autorisé" nous étions prêts à descendre... Nous ne savions pas...


 



0 commentaire pour Le niveau maximal de bonheur autorisé

Il n'y a aucun commentaire de posté. N'aie crainte, humble visiteur, et sois le premier à t'exprimer à propos de cet article.

POSTER UN COMMENTAIRE

Afin d'en faciliter le fil, un administrateur se réserve le droit de modérer les commentaires de spam, hors débat, ou incitant à la haine ou quelque discrimination que ce soit



A propos...

Ce monde qui n'a de cesse de vouloir dérailler n'est que l'écho du rêve que nous lui avons infligé.

Suivez nous...

Suivez le bruit des bottes sur Facebook    Suivez le bruit des bottes sur Twitter