Le prochain accident nucléaire sera t-il russe?

Publié le 22/02/2015
Par Yazan

Localisation de la centrale nucléaire de Bilibino
Localisation de la ville de Bilibino
Connaissez vous le charmant village de Bilibino en Russie? Perdu au fin fond de la Sibérie à 5600km de Moscou, il s'agit d'une ville jeune de 5600 âmes environ implantée en 1955 pour les besoins de l'industrie minière de l'ex-URSS. A Bilibino, on a une fierté: La centrale nucléaire la plus septentrionale au monde. Et on peut s'en vanter, car à part ça, Bilibino, c'est quand même un peu le "trou du cul" du monde!

Construit entre 1974 et 1976, ce sont 4 réacteurs de la génération de Tchernobyl que vient accueillir le site nucléaire de Bilibino pour une puissance totale de 48MW. Un site stratégique pour l'exploitation des ressources naturelles du grand nord sibérien ainsi que l'accès à de nouveaux gisements en arctique à la faveur d'une disparition prochaine de la banquise...Il s'agit également de la seule centrale au monde construite à même le permafrost. Ici, c'est le cercle polaire, le sol ne dégivre jamais, il est dur comme du roc! Sauf que, avec ce fichu réchauffement climatique, il a commencé à fondre mettant en danger la sécurité du site...

Centrale nucléaire de Bilibino
La centrale nucléaire de Bilibino
Le sujet est sensible! Il est même classifié, un suivi de la structure est réalisé par les autorités russes, mais impossible d'accéder aux données... Peut être est-ce mieux ainsi car ce que l'on sait n'est déjà guère rassurant: Initialement prévue pour 30 ans, la centrale aurait dû être démantelée en 2004. Faute de moyens financiers, elle a été prolongée pour au moins 15 ans mais sans effort de modernisation significatif. Les dispositifs de sécurité seraient même très inquiétants [1]. Alors pour le moment, à Bilibino, on lutte contre le réchauffement climatique en injectant du kérozène dans le sol autour de la centrale [2]. Son point de fusion relativement élevé lui permet de rester solide malgré l'augmentation des températures: Un "plan B" bricolé en quelque sorte... Rien de véritablement durable, ce kérozène finira bien par fondre lui aussi!

Mais là n'est pas le seul problème! Car outre l'absence de fondations, il faut noter que la centrale a été bâtie en aval de son réservoir de réfrigération, dans la vallée, sous un barrage dont la structure repose elle aussi sur ce permafrost qui fond! Et ici, il paraît peu probable de pouvoir consolider la structure avant que la pression de l'eau ne vienne déstabiliser la géologie du site.

Centrale nucléaire de Bilibino - Vue satellite
Vue satellite de Bilibino: A l'ouest, la ville - Au centre, la centrale nucléaire - A l'est, le réservoir

A Bilibino, entre équipements vieillissants, fondations instables, et barrage qui menace de se déverser sur la centrale, il y a urgence. Si le site n'est pas rapidement fermé et démantelé, on peut craindre que ce ne soit ici que survienne le prochain accident nucléaire majeur. La course contre la montre est engagée... Lorsque surviendra le drame, avec des vents dominants d'ouest, ce seront l'Alaska et le Canada qui se retrouveront aux premières loges, car avec un Vladimir Poutine impérialiste dans un contexte de guerre froide, une économie russe au bord de l'asphyxie, il n'y a aucune raison pour que le démantèlement de Bilibino ne soit à l'ordre du jour...

Nous vivons une époque formidable...

Entrée de la centrale de Bilibino
L'accès à la centrale est sécurisé par l'armée russe.

Centrale nucléaire de Bilibino - Salle de controle
La salle de contrôle principale.

Une console de commande, les panneaux indiquent de ne pas actionner
Une console de commande: Il est écrit sur les pancartes de ne pas actionner en raison d'une intervention en cours

Iconographie religieuse dans la centrale nucléaire de Bilibino
Quelle signification donner à cette iconographie religieuse?

Cablages des années 70
Des câblages à la mode des années 70.

Entrée de la salle des réacteurs
La porte d'entrée de la salle des réacteurs.

La salle des réacteurs
Les réacteurs sont situés sous les cercles rouges. Suspendues à gauche: Les barres de combustible.

Intérieur d
L'intérieur d'un réacteur (à l'arrêt)


Références:


 



2 commentaires pour Le prochain accident nucléaire sera t-il russe?

avatar
Daffy dit:
10/05/2017 20:48

Ca fait peur...

avatar
C'est une blague ou quoi ? dit:
10/05/2017 21:00

A l'heure où en France on dénonce la fiabilité de l EPR sans parler des audits de l ASN rendus publiques dénonçant des potentiels risques sur les centrales françaises comment ne pas relativiser sur cette opacité Russe ?! N y a t'il pas de loi sur la transparence nucléaire chez eux ? Allons nous enfin arrêter de se regarder le nombril sur des détails et s'intéresser et dénoncer les vrais risques qui vont nous exploser a la figure ? TMI Tchernobyl Fukushima n'ont donc pas réussi à faire prendre conscience du vrai risque ?! Envoyons des délégations internationales pour connaître la situation plutôt que de chercher des faux sujets nationaux. Soyons focalisés sur les risques à gros impacts en premier lieu puis travaillons ensuite à l'excellence. Priorisons nos efforts nous vivons sur la même planète (le nuage radioactif n'a pas de frontière)...


POSTER UN COMMENTAIRE

Afin d'en faciliter le fil, un administrateur se réserve le droit de modérer les commentaires de spam, hors débat, ou incitant à la haine ou quelque discrimination que ce soit



A propos...

Ce monde qui n'a de cesse de vouloir dérailler n'est que l'écho du rêve que nous lui avons infligé.

Suivez nous...

Suivez le bruit des bottes sur Facebook    Suivez le bruit des bottes sur Twitter